Contacts

Bataillon de marins-pompiers
9, boulevard de Strasbourg
13233 Marseille Cedex 20
Tél. : 04 96 11 75 00

Recrutement

Stage d'observation

Service communication

Attestation d'intervention

Vous êtes ici

Accueil » Communiqués de presse » Fin de Mission BMPM-BSPP au Kosovo

Fin de Mission BMPM-BSPP au Kosovo

Le mandat mixte composé par la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) et le Bataillon de marins-pompiers de Marseille (BMPM) assurant les missions de prévention et de sécurité incendie sur le camp de Novo Selo au Kosovo prend fin en ce début d’été 2014.

Cette mission a été remarquable à plus d’un titre. Tout d’abord par sa mixité. Elle regroupe depuis 2001, autour du même objectif et dans le même mandat, les deux seuls corps militaires de pompiers français. Cet engagement a non seulement permis de démontrer l’attachement réciproque que ces deux unités prestigieuses se portent et en outre de témoigner de leur adaptabilité au profit d’autres unités. Par ailleurs, il s’agit là de la première opération extérieure à laquelle la BSPP et le BMPM ont été amenés à répondre sur sollicitation de l’État-Major des Armées afin d’assurer un soutien spécialisé au profit d’un théâtre d’opérations.

Par sa durée : 48 mandats de 4 mois ont été honorés jusqu’à ce jour. 530 marins-pompiers de Marseille et sapeurs-pompiers de Paris dont 96 sous-officiers et officiers mariniers ont été successivement engagés. Tous sont revenus forts d'une expérience hors du commun acquise dans l'accomplissement d'une mission qui les a amenés à partager leurs compétences et expertises dans un cadre d’emploi exceptionnel au contact de frères d’armes dont ils maîtrisaient peu la connaissance des compétences opérationnelles. Véritables ambassadeurs de la Brigade et du Bataillon, ils peuvent aujourd’hui tous être félicités de l’image remarquable qu’ils ont pu donner des corps de pompiers militaires français. Nul doute que leur investissement a permis à la BSPP et au BMPM de mieux être connus tant au sein des armées qu’auprès des forces alliées.

Quelques rappels sur cette mission :

LE CADRE DE LA MISSION

La présence Française au Kosovo s’appuie sur la résolution n°1244 du conseil de sécurité de l’ONU du 10 juin 1999 qui articule l’action internationale autour de deux volets : un volet militaire avec la KFOR mise en œuvre par l’OTAN et un volet civil pris en charge initialement par la mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) puis aujourd’hui par l’union européenne (EULEX). Déployée au Kosovo depuis 1999, la KFOR a connu plusieurs réorganisations en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire. Il restait environ 320 militaires français engagés au Kosovo, dans le cadre de l’opération TRIDENT, au sein de la force armée multinationale KFOR (force pour le Kosovo), mise en œuvre par l’OTAN. La présence du détachement « incendie » fut fixée par deux conventions de 2001 et 2002 cosignées respectivement par l’autorité d’emploi de la BSPP et du BMPM, le chef d’état major des armées et le contrôleur financier du ministre de la Défense.

LE DETACHEMENT

Le premier mandat du module incendie débute en janvier 2001. La mixité BSPP/BMPM a été instaurée dès le départ et restera maintenue d’un commun accord après la diminution de l’effectif en janvier 2011 (de 12 à 6 militaires). Le personnel était fourni à parité par la BSPP et le BMPM. Il fut dirigé alternativement par un cadre de l’une ou l'autre de ces deux unités. Le détachement était positionné au camp « Maréchal de Lattre de Tassigny ». Ce camp soutenu par la France regroupant des militaires de 13 nationalités différentes. Il s’étendait sur 41 hectares et comptait environ 1 000 PAX dont 400 français représentant toutes les armées (terre, marine, air, gendarmerie).

LES MISSIONS

Le chef de détachement, était conseiller technique « incendie », auprès du colonel commandant le contingent français (NCC) ou son représentant. Il avait autorité sur l’ensemble du personnel du détachement et organisait son fonctionnement selon les directives d’emploi opérationnel fixées par la convention de référence idoine, les impératifs de fonctionnement définis par l’autorité d’emploi et les recommandations de son corps d’appartenance.

Dans la mesure des moyens mis à sa disposition, chaque détachement incendie était chargé :

  • d’intervenir sur les emprises de sa compétence ;
  • de participer aux actions de prévention des risques contre l’incendie et de prévision ;
  • d’assurer la formation et la préparation opérationnelle des militaires en matière de prévention incendie, de lutte contre l’incendie et de secourisme ;
  • sur ordre du NCC, d’apporter son expertise et d’intervenir en dehors des emprises de sa compétence.

Témoignage du major Giovanni PIREDDA « mandat 44 »

Présent sur le camp de Novo Selo de janvier à mai 2013, notre action, selon les orientations fixées par le commandement, s’est portée sur des missions de formation, de visites de prévention et d’exercices au cours desquels la collaboration et les relations établies ont été d’une grande richesse sur le plan humain et professionnel. La culture de l’entraide est au sein des forces, extrêmement développée et constitue à mon sens une force primordiale. De façon plus personnelle, les échanges et la relation privilégiée à la tête de nos sapeurs et marins-pompiers a constitué une expérience inoubliable. Ils ont su par leur professionnalisme faire honneur aux valeurs incarnées par la Brigade et le Bataillon. Cette expérience demeurera mémorable pour chacun d’entre nous.

Photos DR