Contacts

Bataillon de marins-pompiers
9, boulevard de Strasbourg
13233 Marseille Cedex 20
Tél. : 04 96 11 75 00

Recrutement

Stage d'observation

Service communication

Attestation d'intervention

Vous êtes ici

Accueil » Communiqués de presse » Retour sur l'exercice Gascogne 2016 au large de St-Nazaire

Retour sur l'exercice Gascogne 2016 au large de St-Nazaire

Les 24 et 25 mai 2016, la préfecture maritime de l'Atlantique a organisé un exercice majeur d'assistance à navire en difficulté (ANED) au large de Saint-Nazaire et un exercice de lutte contre une pollution maritime par hydrocarbure (POLMAR) le long du littoral aquitain. Nom de code : "Gascogne 2016".

Cet entraînement a débuté après une collision fictive entre deux bâtiments de commerce à l'ouvert de la Loire et un incendie à bord d'un sablier affrété pour l'exercice. Le préfet maritime de l'Atlantique a héliporté une Equipe d'Evaluation (EE) composée d'experts du port de Nantes-Saint-Nazaire et deux Equipes d'Intervention (EI) pour évaluer les dégâts et circonscrire le sinistre. Arrivés les premiers sur les lieux, les marins pompiers de Brest ont été renforcés par une équipe du bataillon de marins pompiers de Marseille (BMPM), qui expérimentait, à l'occasion de cet exercice, le déploiement de sa nouvelle capacité d'intervention nationale (CAPINAV) en cours de création.

« La lutte contre une pollution maritime est une course contre la montre. Il s’agit de mobiliser le plus rapidement possible l’ensemble des acteurs, (…) capables de lutter en mer et ramasser le polluant avant qu’il n’atteigne la côte. » Vice-amiral d'escadre Emmanuel de Oliveira, préfet maritime de l'Atlantique

Au large de Capbreton, plusieurs navires de pêche, assistés par des bâtiments et des avions spécialisés, ont participé à la récupération en mer de balles de riz (produit écologique simulant l'hydrocarbure). L'exercice s'est poursuivi à terre, sur la plage Notre Dame de Capbreton, avec le concours des moyens de secours terrestres.

« Le succès d'une opération d'assistance à navire en difficulté dépend de la qualité de la collaboration entre les services. C'est pour cette raison qu'il est nécessaire de s'entraîner régulièrement. » Commissaire en chef de 1ère classe Jean-Emmanuel Perrin, chef de la division "action de l'Etat en mer" à la préfecture maritime de l'Atlantique.

"Gascogne 2016" a mobilisé environ 400 personnes, une cinquantaine d'entités (administrations, associations et entreprises) et près d'une trentaine de moyens nautiques et aériens, étatiques et privés. Pour le volet POLMAR, le Centre d'Expertises Pratiques de Lutte Antipollution (CEPPOL) qui assurait la coordination des opérations sur zone a notamment collaboré avec la SASEMAR (société étatique de sauvetage et de sécurité maritime en Espagne) et l'Agence européenne de sécurité maritime (AESM).

« Une pollution en mer ne connaît ni frontière, ni nationalité... Tous concernés ! » capitaine de vaisseau Marc Reina, directeur du CEPPOL

L'objectif était d'entraîner les différents acteurs de l'Etat, partenaires publics et privés à coordonner leurs actions en cas de crise complexe. Cet exercice a permis d'intégrer à la gestion de crise les problématiques et contraintes de l'interface terre-mer lors de l'accueil d'un navire en difficulté dans un port refuge et lors d'une opération de lutte contre une pollution maritime par hydrocarbure en mer et sur la côte.

La Marine nationale dans l'exercice

  • Un hélicoptère Dauphin SP chargé de transporter l'EE et d'évacuer un blessé fictif (détachement 35F),
  • Un hélicoptère EC225 chargé de transporter les EI sur zone (flottille 32F),
  • Une équipe d’intervention incendie de la compagnie des marins-pompiers de la base navale de Brest et du bataillon de marins-pompiers de Marseille,
  • Un bâtiment de soutien d'assistance et de dépollution (VN Sapeur),
  • Le Centre d'Expertises Pratiques de Lutte Antipollution,
  • Une équipe antipollution de la base navale de Brest et du Centre d'Expertises Pratiques de Lutte Antipollution.

© Marine nationale