Contacts

Bataillon de marins-pompiers
9, boulevard de Strasbourg
13233 Marseille Cedex 20
Tél. : 04 96 11 75 00

Recrutement

Stage d'observation

Service communication

Attestation d'intervention

Vous êtes ici

Accueil » Communiqués de presse » Souvenons-nous...

Souvenons-nous...

Bombardement de Marseille du 27 mai 1944

C’est une magnifique journée de printemps qui s’annonce en ce début de matinée du samedi 27 mai 1944. Les Marseillais sont très nombreux à se promener, les rues sont noires de monde. (Photo DR)

Les sirènes de la ville retentissent puis, vers 10 h 45, une nuée d’avions surgit des hauteurs de St-Barnabé. Environ 250 appareils volant à haute altitude bombardent Marseille en sept vagues successives, déversant 800 bombes de 250 à 500 kg¹. Les installations ferroviaires sont principalement visées. Les habitants, surpris par la violence de l’attaque, refluent vers des abris sommaires et les casernes du bataillon pour y trouver refuge. Le bombardement dure environ 10 minutes.

Extrait du plan réalisé par le service Prévention BMP en 1944 (cliquer pour agrandir)

De nombreux quartiers sont touchés, particulièrement St-Lazare et la Belle de Mai où des ilots entiers d’habitations sont détruits. Le tunnel du bd National, perforé par les projectiles est jonché de corps. Des quartiers entiers sont privés d’eau et de nombreux incendies se développent. La caserne de Strasbourg est endommagée, celle de Louvain détruite, les personnels de garde sont portés disparus, ensevelis à leur poste. Au cours de cet orage de sang², 10 marins-pompiers perdent la vie, 7 sont blessés.

Les 1 586  hommes disponibles³ sont engagés au côté de la défense passive dans des opérations de sauvetage et de lutte contre les incendies. Dans le chaos, des brancards sont improvisés avec des volets. La caserne de Strasbourg est transformée en poste de secours, où le personnel médical de l’unité prodigue des soins à plus de 500 blessés. Des opérations de recherche de victimes ensevelies, de ravitaillement en eau pour combattre les incendies, alimenter les hôpitaux et les populations sinistrées sont assurées du 27 mai au 2 juin.

Au cours de ces journées, plus de 1 700 personnes perdent la vie, 2 700 sont blessées, 30 000 sinistrées, 404 immeubles sont totalement détruits, 846 inhabitables et 112 endommagés¹. Les marins-pompiers combattent 46 grands incendies, interviennent sur 191 foyers divers, ravitaillent 320 établissements en eau potable, effectuent 77 opérations de sauvetage-déblaiement et parviennent à sauver 220 personnes³.

[1] Sources archives municipales
[2] Mots prononcés par l’aumônier militaire au cours de la cérémonie funèbre en mémoire des marins-pompiers tombés le 27 mai 1944, archives privées
[3] Archives BMPM

" Le 27 mai 1944, lors du terrible bombardement, la vie manifeste ses exigences. L’eau manque et ce sont les marins-pompiers qui se chargent de ravitailler les populations, les hôpitaux, les boulangeries, etc. en leur distribuant cette eau si précieuse.

Vous aussi ce jour là, marins-pompiers, vous êtes cruellement touchés dans votre cœur, dans votre chair. Deux de vos casernes sont atteintes par les projectiles, Louvain et Strasbourg. Vous perdez dix des vôtres dont deux officiers, vous dégagez de nombreux cadavres des ruines où ils sont ensevelis, mais vous avez la récompense de sauver des centaines de personnes. Neuf jours après ce terrible bombardement, vos équipes de secouristes parviennent à extirper, vivant, un homme des décombres d’un immeuble de la rue Chiappe. Hier comme aujourd’hui, vers vous comme d’instinct la foule se tourne.

Je dis simplement bravo ! Continuez. Votre courage, vos interventions donnent à la population de Marseille ce sentiment de sérénité et de confiance extrême. "

Témoignage d’un ancien de la défense passive. Extrait du Livre d’or du cinquantenaire archives BMPM /1989