Contacts

Bataillon de marins-pompiers
9, boulevard de Strasbourg
13233 Marseille Cedex 20
Tél. : 04 96 11 75 00

Recrutement

Stage d'observation

Service communication

Attestation d'intervention

Vous êtes ici

Accueil » Communiqués de presse » Exercice dans le port de Calais

Exercice dans le port de Calais

Dans la nuit du 26 au 27 mars, 6 marins-pompiers de la compagnie de Cherbourg et 14 marins-pompiers de Marseille ont participé à un exercice d’ampleur dans l’emprise du port de Calais. Il s’agissait, aux côtés des sapeurs-pompiers du service départemental d’incendie et de secours du Pas-de-Calais (SDIS62), d’entraîner les moyens prenant part à la Capinav et de tester sa procédure de déclenchement.

Cette capacité nationale de renfort pour les interventions à bord des navires est un dispositif mis en place à l’échelle nationale et auquel prennent part des unités spécialisées du ministère de l’Intérieur et du ministère des Armées : les marins-pompiers des bases navales, certains SDIS et les marins-pompiers de Marseille. Elle permet de disposer de moyens complémentaires destinés à renforcer l’action des moyens maritimes et terrestres, lorsque l’ampleur et la complexité d’une intervention à bord d’un navire, à quai ou en mer, dépassent les limites de l’organisation courante des secours. Ces moyens sont activés par le centre opérationnel pour la gestion interministérielle des crises (COGIC) et déployables sous faible préavis sur l’ensemble du territoire.

Dans le scenario auquel étaient confrontés les participants, les marins-pompiers ont dû faire face à un feu électrique sur un ferry. Ce dernier était au mouillage dans l’emprise du port et, difficulté supplémentaire, accueillait des passagers. Les premières actions ont été menées par l’équipage et les membres de la Capinav du SDIS62, embarqués grâce au concours d’un remorqueur. Devant l’ampleur du sinistre, les secours ont fait appel, via le centre opérationnel de zone (COZ) puis le COGIC, aux renforts composés par les marins-pompiers. Le BMPM y a donc déployé son groupe d’interventions maritimes aérocordable (GIMAé).

A leur arrivée, guidés par les membres de l’équipage, les marins-pompiers disposent leurs binômes pour relever les sapeurs sur l’attaque du feu. Des reconnaissances permettent d’extraire une victime d’un local enfumé, proche du sinistre. Fortement intoxiquée, elle est prise en charge par l’équipe médicale du GIMAé puis fictivement évacuée par hélicoptère. Le feu est éteint grâce à l’effort conjoint du SDIS62 et des marins-pompiers mais, dans les opérations de lutte contre l’incendie, il s’avère que ces derniers ont été exposés à des projections de produit acide. Sur demande du commandant des opérations de secours, le lieutenant-colonel Loison, c’est la cellule « Risque technologique » du GIMAé qui assiste toutes les personnes exposées. Le produit est rapidement identifié, avec l’aide de l’équipage et sa fiche sécurité permet une prise en charge adéquate. Après ce dernier rebondissement, l’exercice prend fin à 1h30 le dimanche matin.

Le défi d’une première participation d’un détachement du BMPM à un exercice organisé par un SDIS et mettant en œuvre la Capinav a donc été relevé. Tous ont salué la fluidité de la coordination des moyens et l’efficacité du dispositif. Ce type d’entraînement conjoint permet d’affiner et de renforcer la coordination des différents services de secours pour préparer au mieux une réponse opérationnelle efficace à une potentielle crise majeure à bord d’un navire.

Accueillis au centre d’incendie et de secours de Marck, les marins-pompiers se sont vu présenter les installations dédiées plus particulièrement aux entraînements à la lutte contre les feux de navire. (photo : ©BMPM)

Crédits photos : V. LABROY ©Service communication SDIS 62